Accueil » Resolutions » RESOLUTION SUR LA VITICULTURE A FORTE PENTE SESSION PLENIERE DE L’AREV – STUTTGART 23.04.2013

RESOLUTION SUR LA VITICULTURE A FORTE PENTE SESSION PLENIERE DE L’AREV – STUTTGART 23.04.2013

Mardi 23 Avr 2013

Le 23 Avr 2013 -

STUTTGART

RESOLUTION SUR LA VITICULTURE A FORTE PENTE SESSION PLENIERE DE L’AREV – STUTTGART 23.04.2013

La viticulture européenne se caractérise également par des vignes situées sur des sols marqués par des pentes très raides qui dépassent 30%. Ce type de viticulture a dessiné des paysages viticoles qui ont imprimé une marque particulièrement forte d’un point de vue paysager et environnemental, et il joue un rôle fondamental dans la préservation des sols et de la gestion de l’eau. Dans ces conditions, grâce au drainage des terrains, à l’exposition des plantations et des variétés existantes, on y produit des vins à forte spécificité. Les coûts de cette viticulture, extrêmement onéreux, mettent en danger cet environnement de production, en partie à cause de la concurrence croissante qui restreint les marges de revenus des viticulteurs. Le risque d’abandon de ces territoires plantés en vignes, qui n’ont pas d’alternative de production, expose la collectivité à une paupérisation environnementale en faisant retomber sur elle les coûts et les dommages liés à l’abandon et à la dégradation de ces zones ; il faut ajouter à cela un déclin socio-économique lié à la perte de ces paysages viticoles actuellement présents dans ces zones et qui constituent une attraction touristique incontournable et importante pour lesdites zones.

 

Pour les viticulteurs qui opèrent dans ces zones, qui réalisent une action inestimable de prévention de phénomènes naturels, tels que l’érosion et les glissements de terrain provoqués par les eaux de surface non gérées, et qui jouent également un rôle important  de défense et de préservation du patrimoine viticole et paysager, l’AREV exige que les institutions européennes apportent une aide face à la hausse des coûts, à la difficulté et à la pluralité de fonctions et à la reconnaissance du rôle social et environnemental joué par la viticulture à forte pente (supérieure à 30%). Il est donc essentiel de prévoir un régime juridique spécifique pour ce type de viticulture afin d’en souligner le caractère exceptionnel et remarquable.

 

Compte tenu des caractéristiques de l’environnement dans lequel se situe la viticulture à forte pente, à savoir la défense et la conservation des zones paysagères et de prévention du risque hydrogéologique, il convient de noter qu’une telle intervention de soutien pourrait trouver sa place naturelle dans le cadre de l’aide au développement rural (FEADER).