Βρίσκεστε εδώAccueil du site > ActualitĂ©s > COMMUNIQUE DE PRESSE - Droits de plantation - 24/09/2012
COMMUNIQUE DE PRESSE - Droits de plantation - 24/09/2012
Traductions disponibles : [ sl ] [ ro ] [ pt ] [ it ] [ hu ] [ es ] [ en ] [ de ] [ cs ] [ bg ] [ fr ]


COMMUNIQUE DE PRESSE - Droits de plantation

Le Président de l’AREV déplore de ne pas avoir été entendu par le Groupe de Haut Niveau de la Commission Européenne

Jean-Paul BACHY, Président de l’Assemblée des Régions Européennes Viticoles (AREV), était invité le 21 septembre dernier, à présenter devant le 3ème groupe de haut niveau de la Commission Européenne (GHN), l’étude sur «les impacts socio-économiques et territoriaux de la libéralisation des droits de plantation» réalisée par le Professeur Etienne Montaigne de l’Université de Montpellier.

Le Président et les membres de l’AREV avaient dû faire preuve d’une réelle opiniâtreté pour être enfin reçus par ce 3ème GHN.

Après une brève présentation de l’AREV et une prise de position politique concernant les droits de plantation (notamment issue de l’analyse de l’étude Montaigne), le Président Bachy s’est vu privé de son droit d’expression par le président de séance et Directeur général de l’Agriculture : José Manuel Silva Rodriguez.

Face à ce déni de démocratie et à un comportement inadmissible de la part d’un représentant de la Commission Européenne, Jean-Paul Bachy souhaite réaffirmer le choix politique de l’AREV concernant les droits de plantation :
- Pas de libĂ©ralisation
- Pas de traitement distinctif pour les diffĂ©rentes catĂ©gories de vins

Cette situation ne fait que conforter l’AREV dans sa volonté de se faire entendre et surtout respecter. Le Président et les Vice-présidents de l’AREV appellent les présidents des régions européennes et les représentants du secteur viticole engagés dans cette démarche à se réunir le 7 novembre prochain à Bruxelles.

Ce rassemblement a pour objectif de sensibiliser l’opinion publique sur les impacts désastreux d’une libéralisation des droits de plantation même si elle devait se limiter aux vins sans IG (comme l’a préconisé la Commission européenne le 21 septembre dernier).

Châlons-en-Champagne, le 24 septembre 2012