vous ètes ici:Accueil du site > Actualités > Lettre du président / 4-10-2012
Lettre du président / 4-10-2012
Traductions disponibles : [ sl ] [ ro ] [ hu ] [ el ] [ cs ] [ bg ] [ es ] [ pt ] [ it ] [ en ] [ de ]


Madame la Présidente, Monsieur le Président, Madame, Monsieur

Depuis la présentation, en mars dernier, de l’étude scientifique du Pr Montaigne – laquelle nous a totalement confortés dans notre juste revendication visant à maintenir une régulation du potentiel de production au niveau européen - pour toutes les catégories de vins -, je vous ai régulièrement tenus informés des différentes démarches que nous avons entreprises auprès de la Commission, du Parlement Européen, du Comité des Régions et de différents Etats membres.

Autant nous avons pu enregistrer une totale identité de vue et le soutien des trois derniers partenaires institutionnels, autant nous avons été profondément déçus par la Commission Européenne qui dispose malheureusement du monopole de l’initiative dans ce dossier.

Indépendamment de l’affront que son Directeur Général s’est permis à notre égard lors du 3ème GHN à Palerme où j’avais l’honneur de vous représenter tous, la proposition de solution qui y a été faite (libéralisation pour toutes les catégories de vin sauf AOP et IGP) ne constitue aucunement une avancée . En effet, la possibilité pour les AOP/IGP de gérer l’accroissement de leurs surfaces au moyen de leurs cahiers des charges avait déjà été proposée en 2008 par la Commission Européenne, en réponse à nos objections contre la libéralisation des droits de plantation.

Cette dernière proposition de la Commission va donc clairement à contre-courant de toutes les positions exprimées depuis des mois par la quasi-totalité des acteurs concernés et dénote soit une méconnaissance profonde du fonctionnement du marché du vin, soit la volonté masquée de préserver la dérégulation totale initiée par la précédente Commissaire. Faire preuve d’autant d’autisme par rapport à la demande des Etats producteurs, des Régions viticoles – qui sont les premières touchées par cette politique –, des professionnels de tous pays et du Parlement européen est inacceptable.

Afin d’en appeler au sens de l’écoute et de la responsabilité du Commissaire Ciolos pour trouver enfin une solution viable pour l’avenir du secteur viticole européen, j’ai jugé indispensable d’organiser à Bruxelles, avant la 4e réunion du Groupe de Haut Niveau du 23 novembre, un événement médiatique d’envergure afin de démontrer notre volonté d’être entendus dans ce dossier crucial pour nos économies régionales.

-  le 7 novembre prochain, de 13h à 15h au Parlement Européen de Bruxelles

Un programme détaillé va vous être adressé dans les prochains jours mais je vous remercie par avance de bien vouloir inscrire cette date à votre agenda.

Votre présence personnelle à cette manifestation aux côtés des organisations professionnelles sera pour vous et tous les élus des régions viticoles concernées, l’occasion d’exprimer devant la presse notre détermination pour la défense des droits des viticulteurs.

Je suis tout à fait conscient que le délai est très court et j’imagine que vous avez peut être déjà des engagements à cette date mais je vous remercie par avance de bien vouloir faire le maximum pour être présents à mes côtés afin de démontrer la réelle mobilisation des régions européennes.

Dans l’espoir d’une réponse favorable de votre part, je vous prie de croire, Madame la Présidente, Monsieur le Président, Madame, Monsieur, en l’assurance de ma sincère considération.

Jean-Paul Bachy Président