Sunteti aici:Prima pagină > ActualitĂ©s > La mobilisation massive des rĂ©gions europĂ©ennes viticoles a contribuĂ© au (...)
La mobilisation massive des régions européennes viticoles a contribué au revirement de la Commission
Traductions disponibles : [ fr ] [ hu ] [ el ] [ de ] [ bg ] [ en ] [ es ] [ it ] [ sl ] [ cs ] [ pt ]


L’AREV se félicite de la volte-face du Directeur Général

Le Président de l’Assemblée des Régions Européennes Viticoles (AREV), Jean-Paul Bachy, salue la volte-face du Directeur Général de l’Agriculture, José Manuel Silva Rodriguez, et prend acte de ses propos exprimés dans l’interview qu’il a accordée à Agra-Europe excluant la libéralisation totale des droits de plantation pour toute catégorie de vin. Pour l’AREV, c’est le fruit de la mobilisation massive des élus et professionnels réunis le 7 novembre à Bruxelles pour dire « non au démantèlement de la viticulture européenne ».

Partisan pur et dur de la libéralisation totale malgré le désastreux contre-exemple du système australien (stigmatisé dans l’étude du Pr Etienne Montaigne), le DG Agri a fini par entendre la voix de la raison. Le 21 septembre dernier, il n’a pas voulu laisser s’exprimer l’AREV lors de la réunion du Groupe à Haut Niveau (GHN) de Palerme et avait déjà fait la proposition irréaliste de limiter la suppression des droits de plantation aux vins sans IG (comme si une viticulture à deux vitesses était viable dans une production sans cloisonnement).

A défaut d’inspiration soudaine, le DG Agri a enfin suivi la position du Commissaire Ciolos, qui a sifflé, dans son discours du 2 octobre à Budapest, la fin du libéralisme appliqué à la viticulture en déclarant « Le vin avec ou sans IG a besoin de régulation. La libéralisation n’est pas une option. » Il a manifestement intégré que la dérégulation radicale d’un secteur ne pouvait se faire au détriment des autres politiques, régionale et de cohésion, de la même Commission, et compris qu’il fallait privilégier une approche « territoire » prenant en compte tout le tissu socio-économique induit par le secteur viticole.

L’AREV reste cependant vigilante et attend de voir confirmé ce repli du haut fonctionnaire sur la ligne de son Commissaire dans le rapport qu’il présentera au nom du Groupe à Haut Niveau le 14 décembre prochain.

Bravo et merci, Monsieur Jose Manuel Silva Rodriguez, d’avoir enfin entendu la voix des régions viticoles !

Châlons-en-Champagne, le 19 novembre 2012, Contact presse : valérie bridard attachée de presse AREV 06 84 80 11 48 ou 03 26 70 74 36.